Texte d’introduction au blog Démocratie

mercredi 8 février 2017

Né avec la commission démocratie début 2017, ce blog est la bibliothèque des productions des adhérents d’Attac sur la démocratie, avec 5 sous-rubriques :

Depuis quelques années le constat du dépérissement du débat démocratique est de plus en plus partagé au sein de la société civile, ce qui a largement contribué à l’émergence du mouvement Nuit debout. Différentes instances gouvernementales, parfois européennes, parfois nationales, parfois locales, freinent, voire empêchent tout débat démocratique argumenté, concret et délibéré, au profit des intérêts de l’oligarchie financière et de certains groupes d’intérêt industriels qui ont réussi à implanter le lobbying dans tous les rouages institutionnels, contrôlent les médias privés et imposent leur loi. Cela se traduit entre autres par l’usage du 49-3 à de multiples reprises, par la répression policière et judiciaire à l’encontre des mouvements sociaux, par le refoulement des réfugiés, par des assassinats impunis de descendants d’immigrés, et à l’étranger par la mise sous tutelle de la Grèce, ou, comme Amnesty international l’a montré, par une avalanche de lois au motif de la guerre contre le terrorisme islamiste, qui remettent en cause les principes fondamentaux de la liberté et des droits humains dans quatorze pays membres de l’Union européenne, dont la France qui est le seul pays à avoir instauré (et prolongé) l’état d’urgence. La montée en puissance de forces réactionnaires xénophobes est un obstacle supplémentaire pour la démocratisation des sociétés.

Le néolibéralisme dominant depuis la fin du 20e siècle est relayé par les élites politiques, médiatiques et des soi-disant experts qui montent en puissance en Europe, en Amérique du sud et aux États-Unis. Il ne pourra être contré que par les peuples reprenant la maîtrise de leur destin en instaurant en leur sein une vie politique démocratique.

Refonder la démocratie au 21e siècle parait donc nécessaire pour que les citoyens puissent reprendre les rênes de leurs destinées, communes et individuelles.
Il nous faut donc renouveler la réflexion sur la démocratie, ses moyens et ses finalités, en tant qu’opérateur de transformation sociale en vue de l’émancipation individuelle et collective.

Devront, entre autres, être réexaminés des concepts tels que souveraineté, émancipation, représentation, démocratie directe, citoyenneté, démocratie instituante et instituée, convention citoyenne. L’objectif étant de contribuer à la construction d’alternatives de court, moyen et long termes, à la double dépossession, politique et économique, que le capitalisme et la « démocratie réellement existante » mettent en œuvre quotidiennement dans l’ensemble des sphères sociales.

Cette question sera nourrie à la fois par la réflexion théorique et le suivi des nombreuses expérimentations pour une autre pratique démocratique, en traitant à la fois des luttes citoyennes quotidiennes de défense des droits civiques et sociaux en les reliant aux luttes contre les diverses discriminations, et des outils à construire à moyen terme pour institutionnaliser les nouveaux acquis démocratiques.

2 Messages

  • Texte d’introduction au blog Démocratie Le 13 février à 14:45, par Jean-marc Andrès

    Une réflexion sur le mode de sélection des candidats aux élections législatives.

    L’élection législative est une offre d’emploi ouverte à tous. Afin d’offrir à tous les même chances d’accès à ces postes nous proposons un mode de sélection des candidats par tirage au sort.

    Ce tirage au sort se fait parmi des volontaires qui ont déposé et fait valider en mairie leur « Projet de Candidature » et suivit les quelques démarches administratives nécessaires.

    Le « Projet de Candidature » est en fait comme un C.V. courant mais en plus des informations générales usuelles il doit proposer et argumenter un projet de loi (ou l’abrogation d’une loi existante) et inclure un bref exposé de politique générale.

    Pour faire valider leur « Projet de Candidature » les volontaires doivent aussi assister à deux ou trois conférences vidéo organisées par les mairies pour cette occasion. Les sujets de ces conférence sont du genre : « Histoire des 5 Républiques » « La Création Monétaire » « Organisation de l’Administration ».

    Bien que ces conférences soient mises en place pour éprouver la motivation des volontaires, elles sont aussi l’occasion d’apprendre le mode de fonctionnement des institutions ainsi que le rôle et fonction des députés.

    Tirage au sort

    Quelques semaines avant les législatives, dans chaque circonscription, on tire au sort 10 « Projet de Candidature » qui sont publiés sur le sites web des mairies. Les versions imprimées y seront également disponibles.

    En plus de cette page web, le candidat dispose d’un espace numérique personnel gratuit genre blog pour échanger avec les électeurs et pour mieux exprimer ses idées.

    Les candidats devront ensuite faire plusieurs présentations publiques de leur « Projet de Candidature » afin de permettre aux électeurs de les rencontrer en personne et aux medias locaux de relayer leur projets équitablement. Les radios locales s’engagent à accorder aux candidats un temps de parole égal.

    L’électeur a ainsi l’occasion et le temps de bien s’informer sur les candidats eux-même ainsi que sur leurs propositions et projets.

    Elections

    Au premier tour les électeurs votent pour l’un de ces dix candidats. Les 3 candidats arrivés en tête au premier tour sont retenus pour le deuxième tour. Le candidat recueillant le plus de voix au deuxième tour est élu député.

    Avantages de ce mode de sélection

    Les grands médias et autres forces d’influences perdent toute capacité d’interférence.

    Les volontaires étant issus de différents milieux sociaux, les candidats tirés au sort représenteront fidèlement les différentes aspirations et couleurs politiques de la nation.

    Les 10 candidats sont sur un pieds d’égalité quand au financement de leur « campagne » car il n’y en a pas réellement. Les présentations publiques de leur « Projet de Candidature » ainsi que l’accès internet étant organisés et pris en charge par les mairies.

    Ce mode de sélection des candidats n’est ni très compliqué ni très couteux à mettre en place et se fait dans le cadre des institutions et administrations existantes.

    Merci d’avoir pris le temps de lire ces quelques lignes.

    Bien cordialement

    Jm Andrès

    Répondre à ce message

  • Texte d’introduction au blog Démocratie Le 28 février à 23:00, par Margaret Méchin

    En réponse au commentaire.
    Pour ma part, le Régime des Partis étant mort, ce n’est donc plus à ceux-ci de choisir des candidats pour quelques élections que ce soit. Ils ne font d’ailleurs cela que pour l’argent que leur rapportent chacun de leur électeur avec l’actuel système de financement et les « bidouillages » des comptes de Campagne en prime coûtent très cher à l’Etat.
    Le mieux serait que ce soit l’Etat qui prenne en charge directement le financement des Candidats, par exemple en chargeant le Journal Officiel sous la surveillance du Ministère de l’Intérieur de transmettre un cahier des charges aux imprimeurs de chaque Département, afin qu’ils fassent strictement les mêmes tracts, affiches et bulletin de votes pour tous les Candidats.
    Cela permettrait à tout citoyen de se présenter, quelque soit ses ressources, les tricheries seraient impossible, la Démocratie y gagnerait et cela ferait des économies pour l’Etat.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Crédits et mentions légales . Propulsé par SPIP . Conception : ATTAC France . Design & Réalisation : LEKTUM .