La situation démocratique et sociale en cette rentrée 2016

Evelyne Perrin membre du CS

dimanche 13 novembre 2016, par Martine Boudet.

La situation démocratique et sociale en cette rentrée 2016 : leçons de la mobilisation contre la loi Travail et son monde.
Contributions aux Rencontres des Nuit Debout ! 11-13 novembre 2016
par Evelyne Perrin, sociologue (evelyne.perrin6@wanadoo.fr)

I- L’introuvable prolétariat

Il nous faut analyser pourquoi un mouvement social aussi fort, aussi long et déterminé que celui qu’a connu la France de février à septembre 2016 n’a pu empêcher d’imposer par une « loi » pas même votée une régression sans précédent de nos droits de salariés, avec ou sans emploi...
J’avancerais plusieurs raisons :

1.1. Difficulté de la « grève générale » suite aux transformations du travail
Contrairement à Mai 68 ou à 36, il est devenu très difficile de lancer et tenir une grève générale, aussi beau que reste cet objectif : on l’a bien vu pendant le mouvement, on le voit chaque fois qu’une usine importante fait grève contre sa liquidation, ou qu’un secteur professionnel en pleine « restructuration » capitaliste – Poste, Hôpital, Université... - tient une grève longue : qui peut faire grève illimitée aujourd’hui sauf dans les derniers bouts du monde du travail qui sont sûrs de conserver leur poste ? Ce n’est pas le cas des salariés précarisés – CDD ou intérim – ou oscillant entre chômage et contrats courts. Même des salariés en CDI peuvent ne pas pouvoir se permettre de faire une grève illimitée par manque de revenu ou endettement...
Il reste donc une seule possibilité : démarrer des grèves dans des secteurs encore d’emploi stable et les soutenir par des caisses de grève, des blocages, des soutiens extérieurs.. ou faire des grèves tournantes, perlées, du zèle..

1.2. Crise et divisions du syndicalisme

La terrible division syndicale qui caractérise la France, conjuguée au passage du côté du capital et de ses recettes de grosses structures syndicales comme la CFDT, après la petite CFTC, ou parfois Force Ouvrière et l’UNSA, est l’un des principaux obstacles à l’élargissement des luttes. Les compromissions de certains syndicats entraînent chez les jeunes une désaffection vis-à-vis des syndicats en général et de l’action syndicale. A cela s’ajoute la sclérose de certaines organisations syndicales, le décalage entre une base combative et une hiérarchie soucieuse de garder son rôle dans le fameux « dialogue social » qui fait le lit de tous les reculs.
Le second est la crise profonde et durable que traverse le syndicalisme, qui peine à se renouveler pour tenir compte de la montée de la précarité sous ses multiples formes ( des CDD qui représentent 80 % des embauches, de l’intérim, des emplois saisonniers au phénomène massif des sans papiers, et à celui nouveau des auto-entrepreneurs imposés et des « ubérisés ») et de la destruction progressive de la majeure partie des droits du travail. Les organisations syndicales peinent à aller soutenir les travailleurs là où ils sont, dans des chantiers de sans papiers, dans des PME et TPE, où la répression antisyndicale est féroce.

1.3. Difficultés de réelle convergence et coagulation des luttes
1.4. Franchissement d’un cap dans les modes de répression


II- Usure et renouveau des modes de lutte

Pour avoir participé à toutes les formes qu’a pu prendre la mobilisation contre la Loi Travail ( manifestations, blocages, occupations, soutien aux grèves...), il me semble que le mouvement a perdu du temps mais aussi pris des coups inutiles en terme de répression durant les deux premiers mois où il s’est largement cantonné dans des formes d’action classiques et devenues relativement inefficaces, telles que les manifestations de rue à l’appel de l’intersyndicale regroupant sept organisations de salariés, étudiants et lycéens.
Il a fallu en effet attendre la fin du mois de mars, pour que sous la pression de la base, la principale organisation de l’intersyndicale, la CGT dirigée par Martinez, en vienne à des modes d’action plus offensifs et capables de porter atteinte aux lieux et modes de production et de circulation des flux du capital par des blocages, des occupations comme celles des raffineries ou de centres de traitement des déchets... A cet égard le regroupement sous l’égide de « On bloque tout ! » de nombreux syndicalistes de la base militante la plus enragée et lucide joua certainement un rôle important, en esquissant cette si difficile « convergence des luttes » déjà tentée par le passé et non aboutie durablement... Si, parallèlement à ce passage à l’acte des syndicalistes et salariés les plus engagés sur le terrain, fut lancé le 31 mars le mouvement citoyen Nuit Debout !- caractérisé par une grande diversité de composantes et une distance vis-à-vis des organisations syndicales et politiciennes - , la liaison entre les deux ne se fit pas aisément et ce fut là sans doute l’une des faiblesses du mouvement contre la Loi Travail.

2.1. Obsolescence et détournement de la manifestation

Il nous faut aussi tirer les leçons du changement radical de stratégie en matière de répression et de libertés d’expression de la part de l’Etat comme bras armé du capital en France comme à l’étranger. La manifestation est devenue pour lui un outil et se retourne contre nous : elle entraîne quelles que soient ses formes des plus pacifiques aux plus autonomes et exacerbées – cortège de tête - des blessures et mutilations graves, mais aussi, outre un fichage généralisé (par drônes, photos..), une judiciarisation avec des procès, des amendes colossales et des peines de prison y compris ferme pour simple expression publique de désaccord. La dénaturation la plus manifeste de la manifestation à laquelle s’est livré ce pouvoir soit-disant « socialiste » fut la fameuse « manifestation / tour de manèges » sinistre autour du bassin de la Bastille en juin, avec des milliers de policiers filtrant et fouillant au corps les personnes désirant s’y rendre, humiliation et dérision que n’auraient jamais du accepter les organisateurs...

2.2. La nécessité de passer à d’autres formes d’action

Je ne m’étendrai pas, tant cette nécessité a été illustrée dans tous les mouvements sociaux de ces dernières années (Cf. mes enquêtes « Haute tension. Les luttes des salariés contre les plans sociaux 2008-2010 » non publié mais sur Google, « Du CPE à la LRU. Condition et mobilisations étudiantes » (id.), « Chômeurs et précaires au cœur de la question sociale » (La Dispute 2001) , ou des ouvrages auxquels j’ai contribué : « Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives ? »). Ce sont :
le blocage
l’occupation
le sabotage
la désobéissance

2.3. Le secret de l’action et la clandestinité à l’ordre du jour ?

Vu l’ampleur croissante des modes et outils de notre surveillance, la question commence à se poser :
comment recourir à des modes d’organisation protégés ? Ne faut-il pas envisager, comme dans toute expérience de résistance à des systèmes et régimes de domination totale, le recours à des liens ou à des actions tenus secrets ?

III-De la répression policière et judiciaire à la contre-attaque

Ce changement de régime de répression, avec le passage à des modes d’intervention policière et armée à la fois brutaux, violents, et producteurs de blessures et mutilations – combien d’énucléations , - et de mort (Rémi Fraisse à Sivens) a été largement documenté et analysé par des chercheurs comme par des journalistes indépendants. Cf. l’enquête de Reporterre, ou le livre de Pierre Douillard-Lefèvre, énucléé, « L’arme à l’oeil. Violences d’Etat et militarisation de la police », Le Bord de l’Eau 2016), est nouveau en soi-disante démocratie.
Le nombre de blessés du côté des simples manifestants a été considérable, un mort ayant été évité de peu, et de simples lycéens ont pu se faire fracturer la mâchoire devant leur lycée occupé à Paris 20è dès le mois de février 2016. Des policiers, ou le secrétaire de la CGT-Police, ont fait état des ordres contestables pour les libertés qu’ils recevaient. Le but recherché par le pouvoir fut clairement de semer la terreur, notamment à l’intention des familles ou des citoyens peu organisés désirant participer aux manifestations pourtant unuselles du 1er mai par exemple.
A cette répression policière presque sans précédent, s’est ajoutée la criminalisation des manifestants.
Le nombre de procédures judiciaires a atteint des sommets ( plus de 300 sur quelques mois), ce qui entraîne un ou deux procès par jour en TGI de syndicalistes, manifestants, simples passants, avec un durcissement là aussi sans précédent des peines prononcées : peines de prison y compris ferme, pour les syndicalistes de Goodyear ayant voulu garder et défendre leur usine de pneus par exemple, mais pour bien d’autres manifestants, sous des prétextes absolument insignifiants, ou sans preuve formelle. Cela constitue une violation manifeste et répétée de nos droits fondamentaux.

Face à une telle dérive, il nous faut donc réagir par deux voies :
imaginer d’autres modes d’action... où nous devenions non prévisibles, non repérables, invisibles...
attaquer systématiquement les auteurs et commanditaires de ces dérives
comme certaines organisations et comme de simples citoyens peuvent le faire. Exemple : les plaintes contre Manuel Valls et Bernard Cazeneuve déposées devant la Cour de Justice de la République par des policiers et des citoyens, pour mise en danger de leur vie, sur la base de l’article 223-1 du Code Pénal.

IV- Décrypter les stratégies du pouvoir pour inventer des contre-attaques

Nous nous devons d’être aussi inventifs que l’est le pouvoir que nous affrontons.
Les formes de résistance prévues par notre système politique basé sur une prétendue démocratie représentative sont périmées car elles ne fonctionnent plus :
Les lois n’ont plus besoin d’être votées, un article 49.3 contraire au contenu tant de la Déclaration des Droits de l’Homme que de notre Constitution de la Vè République s’y substitue. La priorité devrait être de l’abolir et de réécrire en l’imposant par l’insurrection une autre Constitution fidèle à la Déclaration des Droits de l’Homme.
Le mode électoral ne laisse place qu’aux tenants – sous des formes très proches sur le fond – de l’ordre établi, qui est celui du capital mondialisé, financiarisé, et de l’austérité pour les couches populaires mais de l’illimité enrichissement pour les agents de ce capital. La succession d’un gouvernement de droite à un gouvernement se prétendant de gauche mais appliquant la même doctrine entraîne en France comme dans le reste des démocraties de même type un recul significatif du vote – abstention massive des jeunes – et un détournement de la colère du peuple vers les recettes de l’extrême droite : haine de l’ « autre », désignation de boucs émissaires et chasse à l’homme, passage à la violence.
Comme police et justice deviennent de purs instruments de répression de toute contestation - ou tentative tout simplement de survie de la part des couches populaires les plus appauvries - , la question de réformer ou de supprimer ces deux institutions se pose en même temps que se pose bien évidemment la question de la légitimité de l’Etat et du besoin de le conserver. Pourquoi et au nom de quel bien collectif continuer à être ainsi « gouvernés » ? Avons-nous besoin d’un Etat devenu le bras armé du capital mondialisé et destructeur de tous nos droits et de notre probabilité même de survie en tant qu’espèce ?
( Lire à cet égard « La société contre l’Etat » de Pierre Clastres, ethnologue, décrivant nombre de sociétés ou de communautés ayant vécu sans Etat dans l’histoire – ou vivant encore ainsi, comme le Chiapas, ou d’autres enclaves )
Reste à rechercher les voies d’échapper au système ou de le pervertir, de l’affaiblir, de le submerger... qui sont certainement multiples et incertaines... Mais avons-nous le choix ?
Listons-en quelques unes, en nous appuyant sur les exemples même bâtis sous nos yeux :
- l’échappée et la création de nos propres espaces et territoires provisoirement « libérés » du capital et autogérés, ici et maintenant (Cf Miguel Benasayag et Angélique Del Rey, « De l’engagement dans un époque obscure », 2011) : ZADs ( CF. « Contrées » sur la ZAD de Notre Dame des Landes et le Val Souza, et « Constellations » du Collectif Mauvaise Troupe). , centres sociaux autogérés...

- la reprise aux mains des salariés de notre appareil productif
( des Thés de l’Eléphant UNILEVER à FRALIB et SCOP-TI, et d’autres exemples..), aux mains des agriculteurs de nos champs, dans celles des salariés, des consommateurs et usagers des services publics, dans nos mains de la monnaie, etc..

- le retrait : grève de la consommation et recours à l’autoproduction, aux circuits courts, etc...
BDS = boycott des firmes capitalistes, de leurs banques, désinvestissement des mutuelles et autres outils initialement socialisés et devenus des firmes capitalistes comme les autres, sanctions juridiques contre des entreprises qui violent nos droits fondamentaux, notre santé et l’avenir de nos enfants...
Tout ceci, plutôt selon moi que l’attaque directe contre l’ennemi super puissant et surarmé, sauf bien sûr en cas d’insurrection générale !
Car rien ne vaut la révolution …à condition cette fois d’être mondialisée ou de démarrer dans un pays et de s’étendre à d’autres comme une traînée de poudre, ce que fut toutes proportions gardées le Printemps arabe... jusqu’au triomphe des régimes autoritaires et de leurs armées aidées des grandes puissances...
Lire le si beau « 14 Juillet » d’Eric Vuillard sur comment le peuple parisien affamé est descendu dans les rues et a pris la Bastille... On s’y croirait... Aujourd’hui le peuple se retrouve affamé et humilié, le pouvoir qui l’écrase est mondial !
D’où la nécessité de créer et renforcer nos liens et nos capacités de coordination transnationale et internationale. C’est possible. Et si la CES semble bien loin de pouvoir le faire : des exemples comme la récente rencontre de collectifs et organisations syndicales de précaires européens les 21-23 octobre à Paris « From France to Europe. Towards Transnational Strike » (Cf. www.transnational-strike.info)

1 Message

  • La situation démocratique et sociale en cette rentrée 2016 Le 14 novembre 2016 à 15:54, par schmilblick 2016

    En avant toute pour contrer l’évasion fiscale et les paradis fiscaux en décembre et janvier !!!

    Restons vigilant aussi sur le TISA ( Manif à Genève début décembre )

    soyons inventifs ! faire prendre conscience de ces pratiques hégémoniques antidémocratiques, même si elles ne datent pas d’aujourd’hui !!!! Et des dégâts provoqués pour la démocratie.
    Restons calmes mais déterminés pour gagner aussi en médiatisation et efficacité. Usons de leur atouts pour les déstabiliser. Pancartes du style : arrêt des évasions fiscales et paradis fiscaux des bandes organisées !!!! Du balai !!!
    fabriquez des baguettes à musique à utiliser sur vos pancartes corporelles pour scandez « on lâche rien » ou autres chansons d’actualité et engagées.
    Sortez quand cela devient dangereux pour vous après explications. Protégez vous aussi car ils savent se protéger aussi et en ont de plus les moyens !!!................................ Souriez à l’initiative démocratique collective pour ne pas désespérer, en soutenant les initiatives démocratiques de la police qui en a pris courageusement.
    Tentez de restez fair play en ne vous en prenant pas aux individus (verbalement et physiquement). N’oubliez-pas, c’est le système que nous devons changer. Gandhi était pacifique et s’est fait connaître ( avec sa démarche) mondialement. Sa prise de conscience , à lui tout seul, il ne pouvait pas grand chose. Alors grandissons !

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Crédits et mentions légales . Propulsé par SPIP . Conception : ATTAC France . Design & Réalisation : LEKTUM .