A Cédric et ses amis de la Roya (Evelyne Perrin)

Poème

vendredi 6 janvier 2017, par Martine Boudet.

Cédric en regardant ton beau visage, si malicieux et tranquille à la fois
Tes yeux pétillants de bonté et ton sourire si généreux et narquois
Je te sais plus fort qu’eux et je t’envoie mes baisers et remerciements

C’est grâce à des gens comme toi, comme tous ceux de la Roya,
Hébergeant et aidant des migrants à la place de l’Etat
Que je sais que la solidarité vaincra l’abject et triomphera

Vous me rappelez mes parents auvergnats cachant des Juifs aux Allemands
Au risque de leur vie et ainsi ai-je grandi dans la fierté des Résistants
Apprenant que la mort n’est rien face à l’extermination d’autrui

Cet Etat qui laisse mourir ceux qui ont fui ses propres guerres
Et qui condamne ceux qui à sa place viennent à leur secours
Mérite la déchéance de gouvernement et ne nous fera pas taire

L’homme a toujours migré et ces migrants sont nos frères
Jusqu’au bout quoi qu’il en coûte nous serons à leurs côtés
Rien ne nous arrêtera et vous pouvez nous condamner

Nous vous souhaitons d’être à votre tour sur un rafiot
Qui comme des milliers chavire et coule en Méditerranée
Nous verrons alors si vous savez si bien nager

Evelyne Perrin
née et grandie sous le fascisme
et le voyant revenir
4 janvier 2017

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Crédits et mentions légales . Propulsé par SPIP . Conception : ATTAC France . Design & Réalisation : LEKTUM .