Vigilance face aux sirènes des extrêmes-droites

jeudi 16 janvier 2014, par Mickael Poiroux.

L’anxiété de l’absence de perspectives positives (chômage, déficits, précarité,...) amplifiée par la déception d’une alternance politique qui peine à y apporter des réponses fournissent un terreau propice au repli sur soi et à la recherche de boucs-émissaires (ennemis intérieurs ou extérieurs).

Dans ce contexte, les extrêmes-droites institutionnalisées ou non semble renforcer leur activisme et leur présence dans l’espace public et les nouveaux territoires du web, par des déclarations ou des actions de plus en plus décomplexées ou des actions illégales anonymes. Nous ne pouvons pas nier l’écoute, certes minoritaire dans notre société, mais non négligeable dont bénéficie ces mouvements, notamment dans la jeunesse. Les quelques affaires qui ont été médiatisées ne sont que le révélateur d’un phénomène que nous pouvons constater dans nos villes ou nos campagnes.

Or, nous le savons, certains de ces mouvements peuvent tenir des discours qui peuvent paraître proches de ceux d’Attac et du mouvement altermondialiste dans la dénonciation de la mondialisation du capitalisme financier, d’une Europe libérale à la démocratie contestable, d’une élite politico-économique coupée de la société, dans la valorisation de l’échelle locale comme point d’appui pour l’action,... Certes, nos projets et nos valeurs sont bien différents et la comparaison ne résiste pas à l’analyse. Mais il ne faut pas non plus ignorer la confusion qui peut être entretenue auprès de nombres de concitoyens.

Face à ce constat, la proposition n’est pas de mobiliser une trop grande part de notre énergie à la lutte contre ces mouvements, ce qui serait leur faire trop d’honneur, et nous limiter dans nos actions de luttes, de résistances et de promotion d’alternatives qui contribuent à réduire leur potentiel d’emprise.

Nous pouvons par contre, dans la logique d’éducation populaire qui est la notre :

  • organiser des formations pour nos adhérents et partenaires sur les extrêmes-droites, leurs idéologies et leurs pratiques
  • développer des analyses et des argumentaires en tenant compte pour chacune de nos campagnes qui puissent nous servir au contact de nos concitoyens
  • ne pas se laisser aller à des simplifications abusives au dépens d’une pensée de la complexité du monde

Cet appel à la vigilance peut paraître d’une grande banalité, mais le rappel régulier à nos consciences de ce danger est indispensable pour ne pas laisser le champ libre aux extrêmes-droites.

Cette résolution est proposée par Mickaël Poiroux (Attac 49), avec le soutien de Gabriel Thomas (Attac 49) et Dominique Chevalier (Attac 49).

9 Messages

  • Vigilance face aux sirènes des extrêmes-droites Le 16 janvier 2014 à 16:30, par Claude Kintzig

    Je serai assez pour un peu de formation pour décoder les discours.
    Mais si aujourd’hui il y a une telle confusion, c’est peut-être que notre discours n’est plus très clair. C’est souvent une espèce de bouillie (BCE, Europe, emploi, etc) qui se perd dans des textes très longs, et dans lesquels on cherche les arguments faciles à retenir et à faire partager.

    Répondre à ce message

  • Vigilance face aux sirènes des extrêmes-droites Le 16 janvier 2014 à 19:03, par GERARD

    Dans la confusion qui règne, il faudrait savoir si ne pas être athée, refuser la théorie du genre, désapprouver les Femen et lutter pour des valeurs familiales fait de nous des facistes, ou bien si l’on a le droit de penser librement ? Qu’appelle-t-on « la montée des extrêmes droites » ? Je suis prête à mettre toutes mes énergies contre le Grand Marché Transatlantique mais le « politiquement correct » me fait peur !

    Répondre à ce message

    • Vigilance face aux sirènes des extrêmes-droites Le 18 janvier 2014 à 10:49, par Mickaël Poiroux

      Bonjour Gérard,

      Il n’est pas question de « politiquement correct », mais de dénoncer des projets politiques incompatibles avec la démocratie et la dignité humaine.
      La démocratie implique la liberté de conscience et d’expression, dans la limite du respect de la dignité humaine : cela permet de « ne pas être athée, refuser la théorie du genre, désapprouver les Femen et lutter pour des valeurs familiales ». Personne ne remet en cause ces libertés. Spécifiquement sur ces sujets, je ne pense pas qu’Attac et le mouvement altermondialiste cherche à imposer une vision. Je note d’ailleurs parmi nos fondateurs Témoignage chrétien ou l’UFAL (Union des Familles Laïques). Par ailleurs, j’ai apprécié que notre association ouvre les « colonnes » de la lettre du Conseil scientifique à des expressions diverses sur le mariage homosexuel.

      Ma résolution vise à nous permettre collectivement de clarifier nos positions par rapport à celles d’acteurs aux projets politiques incompatibles avec la démocratie et la dignité humaine, qui entretiennent la confusion sur les éléments que j’évoque : « la dénonciation de la mondialisation du capitalisme financier, d’une Europe libérale à la démocratie contestable, d’une élite politico-économique coupée de la société, dans la valorisation de l’échelle locale comme point d’appui pour l’action,... »
      Être « contre le Grand Marché Transatlantique » ne garantit pas d’être altermondialiste, ce dont il faut avoir conscience.

      Répondre à ce message

  • Vigilance face aux sirènes des extrêmes-droites Le 16 janvier 2014 à 21:47, par sylvie

    J’ai l’espoir que le vote aux élections a encore un peu de poids. Mais droite/gauche, c’est kif-kif alors restent les extrêmes. J’ai voté pour l’europe il y a quelques années, mais pas pour cette europe là. L’ europe dans laquelle nous vivons aujourd’hui, je la vomis. Je ne vois pas d’autre moyen que de voter FN pour mettre un coup d’arrêt à cet ultra-libéralisme qui a supprimé les frontières géographiques pour créer des remparts d’un genre nouveau autour des plus grosses entreprises, remparts qui les rendent inattaquables, qui leur permettent de ne pas payer leurs impôts, d’exploiter, faire du profit à outrance, remparts qui les protègent de la vulgaire populace que nous sommes. Alors oui, malheureusement, je voterai FN aux prochaines élections, non pour que ce parti passe, mais pour que les députés, sénateurs, ministres, présidents qui nous gouvernent entendent qu’il est temps d’unifier nos pratiques et nos lois d’un pays à l’autre, de supprimer les paradis fiscaux...

    Répondre à ce message

    • Vigilance face aux sirènes des extrêmes-droites Le 18 janvier 2014 à 10:52, par Mickaël Poiroux

      Merci Sylvie de ce commentaire qui justifie mes propositions. Je ne pense pas que le vote FN ne fasse avancer d’un pas vers la suppression des paradis fiscaux. Il est par contre porteur de risque pour la démocratie, dont je vous accorde que celle que nous vivons est loin de nous convenir.

      Répondre à ce message

    • Vigilance face aux sirènes des extrêmes-droites Le 31 janvier 2014 à 22:59, par Dominique

      Juste un petit commentaire mais je suis effrayé par ce que je viens de lire : Ne restent que les extrêmes, ne reste donc que le FN !
      Passer du pluriel au singulier par je ne sais quel logiciel magique donnant le FN comme solution laisse sans voix
      La Droite est présente, bien visible et on peut donc « deviner » ce qu’est l’extrême-droite (ou Droite extrême).
      Le PS qui gouverne ne représente certainement pas la Gauche ! Alors comment faites-vous pour en trouver les extrêmes ? Les extrêmes du néant ?
      Et si ce qui est présenté comme « Extrême-Gauche » était tout simplement la GAUCHE ? Pour les difficiles, la presse a même inventé « l’Ultra Gauche »…
      Vous voyez que le choix s’élargit dans les extrêmes. Il suffit juste de se renseigner avant d’en arriver « aux dernières extrémités ».

      Répondre à ce message

  • Vigilance face aux sirènes des extrêmes-droites Le 18 janvier 2014 à 08:41, par Christian Delarue

    Le discours du FN ignore les conflits de classe pour mettre l’accent sur les conflits entre nations. Il défend le peuple-nation français contre la mondialisation. Mais là ce n’est pas tant l’oligarchie financière qui est montrée mais plutôt les migrants n’ayant que leur force de travail pour survivre. Cette logique anti-immigrés, xénophobe et raciste doit être combattue car ces gens dépossédés sont des travailleurs comme nous. Ils ont le droit de se déplacer, de s’installer, d’avoir du travail, un salaire, le tout sous un régime égalitaire.

    L’ennemi est transversal aux nations, c’est l’oligarchie financière des méga-banques qui impose sa logique prédatrice aux peuples-classe et à la nature. CD

    Répondre à ce message

    • Vigilance face aux sirènes des extrêmes-droites Le 18 janvier 2014 à 11:15, par Mickaël Poiroux

      Bonjour Christian,

      Je partage bien sûr cette analyse : le projet de ma résolution est de nous rappeler qu’elle n’est pas si évidente pour tous nos concitoyens, ce dont nous devons tenir compte.
      Je constate que vous ne dîtes pas autre chose en lisant un de vos articles :
      « Je connais bien une collègue [qui] ne cesse de me répéter que l’ennemi intérieur c’est le voisin, l’étranger, le fainéant, le syndicaliste, le mondialiste. Pour elle je suis un »mondialiste« . Je soutiens donc tout ce que charrie la mondialisation économique et financière. » (source)

      Ma résolution ne cible pas le FN, mais les extrêmes-droites, dont toutes n’ignorent pas les conflits de classe. Exemple de discours : « union sacrée de la gauche du travail de la lutte des classes et de la droite de la tradition contre l’idéologie du monde marchand. De cette réconciliation, dans le sillon de celle du CNR, naîtra la nouvelle résistance française. » (je ne donne pas de référence pour éviter une publicité gratuite).
      On le voit, la référence au monde marchand, au CNR et à la résistance vient jeter le trouble.

      Répondre à ce message

  • Vigilance face aux sirènes des extrêmes-droites Le 23 février 2014 à 13:15, par Jean-Claude Bauduret

    Moi je cible le FN car c’est, à l’extrême droite, le principal danger. Je constate que, si on s’arrête aux dénonciations le programme de Marine Le Pen a beaucoup de points communs avec ce que nous disons. Parfois même les propositions alternatives sont identiques, comme par exemple sur le référendum d’initiative populaire.
    ATTAC ferait oeuvre de salubrité publique en passant au crible le programme du FN, en montrant en quoi ces ressemblances ne sont qu’apparence.
    Mais cela nécessiterait aussi une position claire sur l’U E (quelle Europe, quelle stratégie) et sur le protectionisme (voir l’amendement refusé à la dernière AG repoussé, non pas sur le fond mais par manque d’un débat approfondi sur celui-ci, inamendable le jour même.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Crédits et mentions légales . Propulsé par SPIP . Conception : ATTAC France . Design & Réalisation : LEKTUM .