Résolution sur la question du travail

jeudi 16 janvier 2014, par Frédérique Perrin.

Il n’y a pas de crise de l’emploi mais une destruction programmée du travail par le capitalisme. Notre travail, c’est-à-dire ce que nous faisons, travail consenti, choisi, désaliéné, sera seul créateur des biens répondant aux besoins et désirs de notre société dans le domaine social, culturel et écologique : notre société en autogestion dans laquelle les individus décideront collectivement de leur projet de vie.

Cette résolution est proposée par Frédérique Perrin.

Soutenue par le comité local Attac 19.

7 Messages

  • Résolution sur la question du travail Le 16 janvier 2014 à 18:52, par marie-dufourt et michel artigue

    Même commentaire que pour les 2 autres motions sur le travail, mais résolution moins argumentée

    marie-danielle dufourt et michel artigue

    Répondre à ce message

  • Résolution sur la question du travail Le 16 janvier 2014 à 23:23, par Giovannetti

    Il y a trois propositions sur le travail et le revenu inconditionnel.
    Dans tout cela il y a un chiffre, un seul, pour soutenir le réalisme de la proposition : On a pris le PIB de la France et on l’a divisé par le nombre d’adultes !

    Ce matin un artisan est venu laver les vitres de ma loggia, générant ainsi une TVA et donc un PIB. Y a-t-il eu « création de richesse » ?
    J’en doute. Un revenu inconditionnel est du vent pour la part basé sur cet élément du PIB.

    Le problème que nous avons à résoudre est le fonctionnement d’une société, d’un Etat, d’une collectivité. La finalité étant de faire du social et de l’environnemental. Le social étant ce qui est avantageux pour l’humain et l’environnemental y intégrant les limites de la planète, les limites du possible.

    Pour ce problème je classe les travailleurs en deux catégories : Ceux qui produisent des biens matériels : Nourriture, vêtements, logements, outillages, et ceux qui n’en produisent pas, bien que forts utiles à la collectivité : Educateurs, médecins, juges, gendarmes...
    Les seconds ne peuvent exister que si les premiers leur fournissent nourriture, vêtements, logement, et outillage.

    Un médecin, un enseignant, consomme nourriture, vêtements, a besoin d’un logement, utilise un scanner ou un bâton de craie.
    Ces biens matériels ne sont créés que par l’agriculture et l’industrie. L’informatique n’y entre que dans la mesure où elle participe à la production.

    Or, notre agriculture est en difficulté, et notre industrie est partie en Chine. Pendant des années les gouvernements successifs on compensé le manque de rentrées fiscales du à l’insuffisance de production de biens matériels, réels, pour alimenter les travailleurs sociaux, (santé, éducation, justice, etc…) par des emprunts : Déficit de la Sécurité Sociale, déficit de l’Etat, des collectivités. Cela faisait bien les affaires des détenteurs de capitaux qui prêtaient à des conditions avantageuses.
    Très exactement le manque de production intérieure a été compensé par des importations. Un déficit chronique du commerce extérieur se traduit forcément par un endettement quelque part. Et quand on a un créancier sur le dos, on perd sa liberté.

    La droite, et les sociaux libéraux prennent prétexte de cette dette pour prétendre que la France a vécu au dessus de ses moyens.
    Je dis à l’inverse que la France a très exactement produit en dessous de ses besoins.

    Nous avons à réinventer notre économie. La production de biens matériels est limitée par les possibilités de la planète, nous devons optimiser cette production en construisant une civilisation qui y soit adaptée, qui s’en satisfasse.
    Quant aux besoins sociaux, santé, éducation, culture, protection de l’environnement, recherche scientifique, arts, ils sont et resteront illimités.

    On nous dit que l’allocation universelle permettrait de nous adapter à la fin du plein emploi. Mais la fin du plein emploi n’est pas une calamité qui s’est abattue sur notre pays, c’est une situation que les financiers libéraux et les politiques ont voulu. Ils ont volontairement eu recours au chômage pour bloquer les revendications des travailleurs et accroitre les profits.

    La preuve : depuis l’invention du RMI chaque gouvernement nous annoncent régulièrement, pour combattre le chômage, toutes sorte de contrats aux noms pleins d’illusion, pour les jeunes, les vieux, et toutes sortes d’aides financières et d’incitations fiscales.
    On conviendra volontiers qu’un employeur n’embauchera pas un jeune, ou un vieux parce qu’il a un contrat mirifique à lui proposer, ou une aide à recevoir mais si, et seulement si, il a un travail à lui faire faire.
    Le capitalisme peut-il produire en France dans une situation de concurrence sauvage ?

    Nous devons inventer des modes de production déconnectés de la concurrence pour pouvoir réinstaller notre industrie en tenant compte des possibilités de la planète.

    Les gains de productivité ne sont pas un facteur de chômage. Ils font simplement que la production de base requiert moins de main d’œuvre, ce qui en laisse davantage pour les autres besoins sociaux et environnementaux.

    Et permettent aussi d’avoir plus de temps libre. Semaine de 35 heures, congés payés, retraite à 60 ans…

    Un petit codicille : Dans mon classement des travailleurs en deux catégories, je place où les commerçants ?
    Dans la mesure où ils sont utiles ils entrent dans la deuxième catégorie. Si dans une ville il faut 5 commerces pour telle chose et qu’il y en a 10 ou 20, il y a 5 ou 15 de trop. L’inflation des commerces excédentaires est une caractéristique d’une économie en faillite.

    Répondre à ce message

  • Résolution sur la question du travail Le 22 janvier 2014 à 23:20, par BENETEAU

    J’aime les utopies, dont celle du CNR magnifiquement racontée par Gilles Perret dans « Les Jours Heureux ».

    Je souhaiterais proposer - si tant est que j’ai compris ce qu’est une résolution - la taxation des bénéfices en fonction de la masse salariale (comme l’impôt sur les revenus qui tient compte du nombre de personnes que compte le foyer). Effet attendu : « Je paye plus d’impôt à bénéfices égaux qu’une autre société qui compte un nombre de salariés plus importants donc je me demande si je n’aurais pas intérêt à embaucher ».

    En plus des idées fortes déjà bien connues : le SLAM (http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1108), la réduction du temps de travail, le salaire maximum, le pouvoir accru des salariés aux conseils d’administration, le protectionnisme (social, écologique ...) ...

    Répondre à ce message

  • Résolution sur la question du travail Le 24 janvier 2014 à 14:40, par Jean-Marie Harribey

    Les trois résolutions intitulées « Résolution sur la question du travail et du revenu inconditionnel », « Désaliéner du travail pour se libérer de l’emploi » et « Résolution sur la question du travail » sont empreintes du souci de critiquer la forme dominante que le capitalisme impose à l’activité humaine. Mais leurs formulations, d’une art, remettent cause ce qui avait été acquis dans Attac au cours des dernières années, et, d’autre part sont entachées, sinon d’erreurs, du moins de considérations très contestables et très contestées.

    1) Attac avait déjà adopté la position selon laquelle tout individu a droit à un revenu mais que cela ne supposait pas l’abandon de la recherche de la suppression du chômage, donc de l’objectif du plein emploi de tous ceux qui le souhaitent, et d’un emploi décent.
    2) L’abandon de cet objectif et le repli sur la proposition de revenu inconditionnel ou d’existence admet implicitement que tous les individus ne peuvent pas s’insérer dans toutes les sphères de la société, faisant le miel des présupposés néolibéraux et de leurs préceptes politiques qui n’aspirent qu’à libéraliser un peu plus ledit marché du travail.
    3) La proposition de revenu inconditionnel oscille entre la croyance qu’un revenu monétaire pourrait provenir d’un ailleurs que le travail collectif et celle que la société pourrait une somme d’individus décidant, seuls, de leur activité, sans qu’il y ait à un quelconque moment une validation collective, sociale, de cette activité, tout en pensant qu’une manne monétaire tombe du ciel, sans cette validation. Ainsi, il est dit dans l’une de ces résolutions : « En effet, l’énorme richesse dont nous disposons (3300 euros/ personne majeure et/ mois !), permet de donner à chacun un salaire à vie suffisant (2200 euros au moins) pour lui assurer l’autonomie nécessaire. Il nous faut utiliser ce levier d’un salaire à vie suffisant pour sortir du capitalisme. » Cela signifierait-il ou bien qu’on prend la richesse produite par le capitalisme pour sortir de celui-ci ? Ou bien qu’on considère que les revenus sont un prélèvement sur un stock préexistant, alors qu’il sont toujours un flux ?

    Un adhérent internaute commentant l’une de ces résolutions appelle à l’appui de son argument le texte de Baptiste Mylondo et Michel Lepesant que j’ai sollicités pour écrire dans le premier numéro de la revue du Conseil scientifique d’Attac Les Possibles. Mais l’honnêteté commande de signaler, à côté du précédent, un texte critique que j’ai écrit. On ne peut décider d’une position aussi importante sans débat, et certainement pas à la suite d’un vote de résolution auquel les adhérents seraient appelés sans qu’il n’y ait ni de lieu ni de moment pour en discuter : http://france.attac.org/spip.php?page=revue-cs&id_article=1309&id_newsletter=1 et http://france.attac.org/spip.php?page=revue-cs&id_article=1307&id_newsletter=1.

    Jean-Marie Harribey

    Répondre à ce message

  • Résolution sur la question du travail Le 25 janvier 2014 à 13:12, par Pastureau Guillaume

    Bonjour,

    J’adhère complètement à l’analyse de Jean-Marie. La question du revenu de base ou inconditionnel repose sur une erreur fondamentale à savoir son financement. Le point 3 de Jean-Marie le résume bien.
    L’erreur porte sur le fait qu’on détourne la finalité du travail. La vie en société n’est pas fondée, et n’a jamais été fondée, sur l’accès à un revenu mais plutôt sur l’accès à la participation aux activités collectives qui fondent la société. Si les sociétés pré-capitalistes étaient fondées sur des échanges non marchands, société de don institutionnalisée, où la monnaie prenait un autre caractère, la système capitaliste a imposé le rapport salarial, mais n’a pas imposé le travail. La question est donc l’utilité du travail qui permet de produire aussi bien des productions marchandes inutiles que des productions marchandes et NON marchandes (monétaire ou non) qui concourent à la richesse du groupe. La question qui se pose est donc de donner les moyens à tous à participer à l’activité et donc la vie en société. Et non, de poser les bases d’une segmentation de la société entre ceux qui refusent d’y participer et les autres. Et c’est là que la question du financement apparaît.
    Comment finance-t-on la protection sociale ? Y-a-t-il des cotisations sociales sur ce revenu ? Le revenu de base offre-t-il des droits sociaux ? Le salaire est le résultat d’une activité. Le revenu est le salaire + les revenus sociaux de transfert. Imposer un revenu de base c’est en définitive accepter qu’une partie de la population ne participe pas aux activités nécessaires au financement du revenu. Ce qui m’amène à la question fondamentale du financement de la protection sociale. En effet, dans le cas du revenu inconditionnel, on exclue l’idée de socialisation d’une partie de la rémunération, car une part du salaire est socialisée pour financer la protection sociale. Raisonnons en termes de mutualisation et de socialisation des richesses.
    Ainsi, l’idée d’un revenu inconditionnel individualise la vie en société et la désagrège, ce serait l’idée que la société n’est qu’une somme d’individus indépendants, ce qui est un retour en arrière. La protection sociale et la solidarité sont fondées sur l’idée de dette sociale et d’une forme de don/contre don. C’est la participation à la vie en société qui offre les droits sociaux, le revenu inconditionnel permet de sortir de cette vie collective.
    Quelle solution ? La valorisation des activités non marchandes est primordiale, ces activités qui concrètement amènent un surplus social sont à la base d’une autre société. Il faut sortir de l’idée que la richesse est purement monétaire. La participation à la société passe par un partage total du travail, nous ne sommes plus dans les sociétés traditionnelles qui imposaient une forme de solidarité mécanique, mais nous vivons dans des sociétés complexes qui fondent une solidarité organique, où chaque membre de la société a besoin des autres. Le travail est ce formidable vecteur qui fonde nos solidarités car c’est à travers lui que se traduit les droits sociaux. Ainsi, il faut non pas réfléchir sur l’obtention d’un revenu, mais sur le lien et le rapport salarial. Cela passe par le partage entre activité contrainte et non contrainte. C’est ici que le partage du temps de travail est fondamental. Dépasser le capitalisme nécessite de remettre en cause le rapport salarial et redéfinir l’utilité même du travail vers les activités non marchandes. Ainsi, il y a aussi un distingo entre salaire, travail et revenu à réaliser. Un après capitalisme, que j’appelle de mes voeux, n’est pas la disparition du travail mais du rapport salarial et donc de la subordination du travail au capital. Le revenu de base ne s’y attaque pas, il part du principe d’un droit lié à la naissance et non à la participation à la société, et conceptuellement j’ai du mal avec cette idée. Bref, partage du temps de travail vers minimum vital, développement d’activités non marchandes contre les activités marchandes inutiles, mutualisation des richesses, droits sociaux collectifs (et non individuels), dégagement du temps non contraints et redéfinition du vivre ensemble seraient les maîtres mots d’une alternative.

    Répondre à ce message

0 | 5

Répondre à cet article

Crédits et mentions légales . Propulsé par SPIP . Conception : ATTAC France . Design & Réalisation : LEKTUM .