À propos du blog

Pour l’abolition du néo-colonialisme 

Pour l’émancipation des peuples d’Afrique

Tant par les composantes de la coopération, de l’immigration que de manière plus indirecte par l’histoire des DOM, les questions africaines sont au cœur des rapports Europe-Afrique et des rapports Monde-Afrique. Sur le continent, la dimension arabo-africaine se manifeste entre autres à travers la gestion des frontières et le partage de ressources naturelles. Malgré les préjugés et les censures, l’actualité franco-africaine s’invite aussi régulièrement dans les médias.

Domination (inter) impérialiste, persistance du néo-colonialisme en particulier sous sa forme mafieuse, celle de la Françafrique, crise systémique du capitalisme…, ces différents facteurs interfèrent dans l’exacerbation des problèmes structurels à résoudre en Afrique. La nécessité s’impose de démocratiser les relations Nord-Sud et de refonder le modèle international de développement. En particulier par la prise en compte des réalités culturelles africaines et par des démarches solidaires à l’égard des peuples en lutte pour la souveraineté de leurs pays.

Pour toutes ces raisons, le renforcement d’une capacité d’expertise dans ce secteur contribue à la construction du mouvement altermondialiste. Il contribue également au travail d’éducation populaire à mener en France même, pour la promotion de la diversité et du dialogue des cultures.

Tels sont les objectifs du groupe Afrique au sein de la Commission Internationale (CI) et en collaboration avec les Attac d’Afrique, les membres fondateurs d’Attac France spécialisés dans ce champ, les organisations associées…Ce blog ambitionne de devenir un lieu d’information plurielle et de concertation constructive et respectueuse entre les militants et sympathisants des causes du continent africain dans sa globalité.

- Résolution n°8, Pour une refonte de la politique française en Afrique (AG d’Attac, Lyon, 2007)
http://www.France.attac.org/spip.php?article7406#outil_sommaire_7

- Résolution du CA (avril 2008) sur la situation actuelle du continent africain, dans le contexte de la crise alimentaire mondiale
http://www.france.attac.org/spip.php?article8412

- Liste de discussion du groupe Afrique
fr_cc_gtafrique@attac.org

- Archives
http://www.france.attac.org/spip.php?rubrique1066

  • Le Sénégal sous « tutelle française » : cas de la gestion de l’eau

    6 mai, par Groupe Afrique

    N’est ce pas le cas quand on connaît le portefeuille export de Bercy & AFD dans le domaine considéré, à savoir la gestion de l’eau dans toutes ses dimensions pour le compte d’opérateurs privés plutôt gros et via des prêts au gouvernement sénégalais ? A en juger à un document confidentiel de Bercy (pour la période de 2008 à 2009).
    Ne soyons pas naïfs, au Sénégal, tout ce qui concerne l’eau est plus ou moins « entre les mains » de sociétés françaises, pour le meilleur comme pour le pire :
    lutte contre le typha et dragage des défluents du delta du fleuve Sénégal : Eiffage France
    ingénierie irrigation/drainage : (...)

  • Solidarité totale avec le peuple sénégalais !

    22 mars, par Groupe Afrique

    Intervention d’Attac Toulouse au rassemblement unitaire du samedi 20 mars 2021.
    Nous sommes ici pour apporter notre soutien total aux peuples du Sénégal et dénoncer la violence inouïe de la répression qu’il a subie, répression qui a fait au moins 11 morts et des centaines de blessés. Nous devons dénoncer la responsabilité de la France dans ce drame, responsabilité dans la répression, ce sont des entreprises françaises qui ont fourni les armes qui ont tué et mutilé. Mais aussi et surtout sa responsabilité dans la construction de cet ordre économique qui plonge la population sénégalaise dans la misère la (...)

  • Pour le retrait des troupes françaises du Sahel et d’Afrique (collectif toulousain)

    20 mars, par Groupe Afrique

    Solidarité avec les peuples du Sénégal et du Tchad ! Stop à la répression sanglante des régimes de Sall et de Deby ! Pour en finir avec la Françafrique !
    POUR LE RETRAIT TOTAL DES TROUPES FRANÇAISES DU SAHEL ET D’AFRIQUE !
    Cela fait 60 ans que la France, en vertu d’accords dits de coopération, maintient une force militaire permanente en Afrique, destinée notamment à préserver les intérêts économiques de ses multinationales, comme ceux de Bolloré, de Total, ou Areva (Orano) qui pille l’uranium au Niger.
    Avec cette présence militaire, la France maintient les réseaux de la Françafrique composés d’agents des (...)

  • Pistes programmatiques relatives aux relations Nord-Sud et aux relations intercommunautaires

    14 mars, par Groupe Afrique

    La crise sanitaire accentue depuis un an la crise démocratique que traverse le pays, résultante des crises géo-politique, sociale, écologique... générées par le système néolibéral. L’échec des gouvernements successifs depuis une décennie, à répondre aux aspirations et aux inquiétudes des citoyen.nes, des travailleurs/ses (voir le mouvement des Gilets jaunes), des jeunes (voir la dépression que vit le monde estudiantin) trouve un exutoire dans « la guerre contre le terrorisme ».
    Sans que, pour autant, les causes de ce fléau ne soient véritablement élucidées sur un plan géo-stratégique, notamment au (...)

  • Tchad : Non au 6éme mandat d’Idriss Déby

    3 février, par Groupe Afrique

    Le gouvernement tchadien a interdit plusieurs manifestations prévues par l’opposition, qui réclame plus de justice sociale et l’alternance politique. Alors que le président Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis 30 ans, doit être investi le 6 février 2021 par son parti candidat, à l’élection présidentielle d’avril.
    « Le ministère de la sécurité publique et de l’immigration (…) ne saurait permettre l’organisation de telles manifestations susceptibles d’engendrer des troubles à l’ordre public sur l’ensemble du territoire national », a indiqué dans un arrêté Mahamat Tahir Orozi, ministre de la Sécurité publique. (...)

  • Le 3e mandat présidentiel : un dispositif dictatorial (ADDEA)

    24 janvier, par Groupe Afrique

    La démocratie, régime politique dont la vitalité s’exprime surtout à travers le respect de la Constitution, l’organisation d’élections libres permettant l’alternance au sommet de l’Etat est de plus en plus menacée, voire niée en Afrique de l’Ouest. Notamment avec le vent des révisions opportunistes de la Loi fondamentale par les dirigeants pour s’éterniser au pouvoir.
    Dans cet élan anti-démocratique, Alpha Condé et Alassane Ouattara viennent d’être élus à la tête de leurs pays respectifs avec leurs lots de morts et de divisions profondes. A qui le tour prochainement ? LES CONTRE-EXEMPLES EN COTE D’IVOIRE, AU (...)

  • A bas l’ingérence française (Attac Togo)

    18 janvier, par Groupe Afrique

    Attac Togo • Salue la maturité du peuple malien et de son armée, pour avoir réussi à créer la situation d’une transition sans effusion de sang, en toute sérénité malgré les menaces en tous genres, en l’occurrence les agitations de certains chefs d’Etat nostalgiques de la terreur et syndicalistes d’une CEDEAO tournée exclusivement vers les intérêts des chefs d’Etat et non des populations,
    • Encourage, face à la force des choses, les peuples souverains et mal gouvernés d’Afrique à s’engager dans cette ferveur de démocratisation et de revendication systématique d’une gouvernance saine et axée sur les résultats (...)

  • Insurrection populaire au Mali (Juin, Juillet, Août 2020)

    1er septembre 2020, par Groupe Afrique

    Depuis le 5 juin et durant tout l’été, des centaines de milliers de Maliens ont manifesté, demandant le départ du président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK).
    Ces manifestations ont été lancées à l’initiative du mouvement du 5 Juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), une coalition rassemblant la Coordination des mouvements, des associations et sympathisants de l’Iman Mahmoud Dicko (Cmas), le Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) et Espoir Mali Koura (EMK) (1), créé le 14 mai 2020 et coordonné par Cheick Oumar Sissoko (2). Le déclencheur de cette mobilisation parait être une inversion des (...)

  • Le franc CFA, la fin annoncée ?

    24 février 2020, par Groupe Afrique

    Ces dernières années, la monnaie coloniale des pays francophones africains a fait l’objet de nombreuses controverses et polémiques, de mobilisations « anti-CFA » en Afrique de l’ouest notamment. Elle a fait l’objet d’écrits et d’analyses, principalement de la part d’économistes et d’intellectuels africains.
    1-L’actualité
    Le 21 décembre 2019, Alassane Ouattara, président de la Côte d’Ivoire et Emmanuel Macron alors en visite en Côte d’Ivoire, annoncent une réforme du franc CFA (FCFA) qui deviendrait l’« Eco ». Le président ivoirien précise à l’occasion d’une conférence de presse : « Nous avons décidé une (...)

  • Samir Amin, « national-populaire » et peuple-classe

    21 octobre 2018, par Groupe Afrique

    Il me faut dire auparavant qu’il fut, outre ses ouvrages théoriques-critiques, un brillant marxiste ex-maoïste devenu altermondialiste (pour un autre monde possible) . Qu’il est le créateur (avec d’autres – 2) du Forum mondial des alternatives -FMA). Qu’il a participé à plusieurs Forums Sociaux mondiaux (FSM).
    Samir Amin est devenu, du fait de sa puissance critique dans plusieurs domaines théoriques et pratiques, en quelque sorte l’Ernest Mandel – grande figure de la IVe Internationale décédé le 20 juillet 1995 – d’une future Ve Internationale des peuples-classes (composition sociale) et d’une (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50

Crédits et mentions légales . Propulsé par SPIP . Conception : ATTAC France . Design & Réalisation : LEKTUM .