Légion d’honneur et Présidence d’honneur

mercredi 23 janvier 2013, par Hervé Thomas.

Devinette aux lecteurs de ce billet. Qui a dit : "J’ai appris avec stupéfaction par les médias, au soir du 1er janvier 2013, que l’on venait de m’attribuer d’autorité et sans m’en avoir informé au préalable, la Légion d’Honneur ! Étant farouchement attaché à ma liberté de pensée, je ne veux rien recevoir, ni du pouvoir actuel, ni d’aucun autre pouvoir politique quel qu’il soit. C’est donc avec la plus grande fermeté que je refuse cette médaille."

Jean Noël Guérini, président du conseil général de Bouches du Rhône et sénateur socialiste, apprenant sa mise en examen et la levée de son immunité parlementaire ? Non non Jean Noël est bien chevalier de la légion d’honneur et arbore le ruban rouge à la boutonnière.

Gérard Depardieu alors, pour services fiscaux rendus à la France ? Non non raté encore, notre vieux Gégé est bien chevalier de la légion d’honneur depuis que Mitterrand la lui a remise en 1988.

Alors je vais vous le dire : il s’agit du dessinateur Jacques Tardi qui en refusant cet insigne institué par Napoléon en 1802 sur les ruines de la révolution, s’inscrit dans la lignée des Albert Camus, Jean Paul Sartre, Simone de Beauvoir, George Sand, Ravel, Aimé Césaire, Brassens, Ferré, Jacques Prévert et tant d’autres qui comme lui l’ont refusée pour des raisons d’éthique. Pour caractériser ce ruban, c’est son créateur Napoléon qui disait lui-même à son sujet : « Vous les appelez les hochets, eh bien c’est avec des hochets que l’on mène les hommes ». À méditer...

De fil en aiguille et par association d’idées, en lisant récemment les statuts de mon nouveau comité local, je constatais amusé qu’il y a un article qui prévoit qu’il puisse y avoir un président d’honneur. Ces statuts me font revenir en mémoire que nous avons aussi au niveau national des présidents d’honneur. Finalement, c’est quand même une drôle d’idée. À quoi ça sert un président d’honneur ? On a fait évoluer il y a quelques années les statuts d’Attac France en instituant notamment la parité (même s’il n’y a malheureusement que 6 candidates femmes pour 21 candidats hommes au prochain CA) et la coprésidence, mais il me semble que nous devons amplifier ce que de nombreux comités locaux ont déjà entrepris, à savoir la démarche de passer à des modèles de pilotage et d’animation plus solidaires. À méditer aussi.

NB : entre temps, l’ancienne présidente du Syndicat de la Magistrature, Clarisse Taron, qui faisait partie de la promotion 2013 sans en avoir été informée, a également refusé dignement cette légion d’honneur. Le Syndicat de la Magistrature sera présent samedi 9 février au matin lors de la prochaine CNCL pour un échange avec les représentants des comités locaux et à leur invitation. Rappelons aussi que le Syndicat de la Magistrature est membre fondateur d’Attac et entrera au CA à compter du 10 février prochain.

4 Messages

  • Légion d’honneur et Présidence d’honneur Le 23 janvier 2013 à 09:11, par Jean Tosti

    Qu’il me soit permis de rappeler que le titre de président d’honneur ne figure à aucun moment dans les statuts d’Attac-France. C’est un hochet officieux, en quelque sorte.

    Amicalement,
    Jean

    • Légion d’honneur et Présidence d’honneur Le 23 janvier 2013 à 09:28, par Hervé Thomas

      Bonjour Jean,

      Sans mauvais jeu de mots ni flagornerie aucune, quel honneur de recevoir un message matutinal de toi par le biais de ce blog. Tu as raison, j’avais soigneusement relu nos statuts pour vérifier que ce point n’y figurait pas tout comme dans le réglement intérieur de l’association. Le terme de hochet officieux convient donc parfaitement.

      Bien que blanchi sous le manteau, je n’étais pas encore adhérent d’Attac quand ces hochets ont été attribués. Je serais intéressé de savoir comment se sont prises ces décisions et ce qui les justifiaient dans une association comme Attac, tout en en comprenant le bénéfice médiatique qu’Attac pouvait en tirer.

      Amicalement.

      Hervé Thomas

  • Légion d’honneur et Présidence d’honneur Le 23 janvier 2013 à 11:45, par Jean Tosti

    Sauf erreur, nous avons trois président-e-s d’honneur : Ignacio Ramonet, Bernard Cassen et Susan George (par ordre chronologique). En ce qui concerne Susan, tu étais déjà adhérent, puisque ça doit dater de ± 2008, après des discussions épiques au sein du CA entre Girondins et Jacobins. Les Girondins ont fini par gagner par épuisement des autres (dont je faisais partie, malgré toute l’affection et toute l’admiration que j’ai pour Susan).

  • Légion d’honneur et Présidence d’honneur Le 23 janvier 2013 à 12:28, par Laurence BOUBET

    Hervé, président d’honneur ! Hervé, président d’honneur ! Hervé, président d’honneur ! Hervé, président d’honneur !

Crédits et mentions légales . Propulsé par SPIP . Conception : ATTAC France . Design & Réalisation : LEKTUM .